Sardi’s : bien plus qu’un restaurant

Aujourd’hui, ma collaboratrice Audrey Dion vous fait découvrir un restaurant à essayer absolument si vous êtes autant fan de Broadway que nous!

Non loin des performances époustouflantes des théâtres de New York se trouve un secret pas si bien gardé au cœur de la frénésie de Broadway : Sardi’s. Bien plus qu’un simple restaurant, Sardi’s s’inscrit en tant qu’institution mythique du quartier des théâtres new-yorkais.

Initialement situé au 146 West 44th Street, les propriétaires italiens ont dû déménager puisque l’immeuble du Sardi’s original devait être démoli. Original, certes, mais bien loin d’être ce qu’il est aujourd’hui. Ce sont en fait les frères Schubert, noms bien connus de Broadway, qui ont proposé aux Sardi en 1927 de venir s’installer dans un nouveau bâtiment qu’ils érigeaient alors dans le quartier. Depuis, l’adresse du 234 West 44th Street est demeurée la même. Dans les mois qui suivirent le déménagement, une baisse du chiffre d’affaires a obligé Vincent Sardi Sr. à user d’imagination et de créativité. Comme il fallait se démarquer et attirer davantage les foules, l’idée de tapisser les murs de portraits caricaturaux lui est venue à l’esprit et c’est ainsi que le nom de Sardi’s se répandit rapidement dans les alentours. Et comme les Sardi portaient une affection particulière aux artisans de l’industrie du théâtre, il allait de soi que ceux-ci inspireraient les fameux dessins. Hommes d’affaires, producteurs, agents d’artistes, journalistes critiques, comédiens et acteurs : il suffisait de fréquenter l’endroit et de devenir figure connue du propriétaire pour se retrouver aussitôt sur l’un des murs du restaurant. Il faut dire que ça n’a pas beaucoup changé depuis, puisque les vedettes du milieu actuel n’y échappent pas non plus!

Vincent-SardiLe fondateur Vincent Sardi Sr.

Originalement, c’était le réfugié Alex Gard qui s’affairait à reproduire les visages déformés des élus privilégiés. En échange de ses dessins, Vincent Sardi Sr. lui offrait un repas par jour, ce qu’il fit jusqu’à sa mort, en 1948. Le défunt monsieur Gard compte plus de 700 caricatures destinées au restaurant. C’est désormais Richard Baratz qui assure la succession de Gard en poursuivant sa mission artistique. Grâce à lui et à d’autres avant, l’établissement compte plus de 1 300 dessins. À la suite d’un vol, les originaux ont été gardés bien secrètement dans une voûte. Ce sont donc les copies qu’on voit sur les murs, par question de sécurité et de préservation.

Si Sardi’s est devenu le Hall of Fame non-officiel de Broadway, c’est que les gens de l’industrie s’y retrouvent régulièrement pour parler affaires ou se rencontrer entre amis, avant ou après les représentations. Le restaurant de cuisine continentale est d’ailleurs ouvert jusqu’à très tard le soir pour accommoder et accueillir les habitués qui désirent casser la croûte ou prendre un verre en sortant des théâtres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En plus de l’impressionnante collection de portraits du restaurant, celui-ci détient une parcelle d’histoire bien importante et significative de Broadway. En 1946, à la suite du décès d’Antoinette Perry, actrice, metteur en scène et co-fondatrice de l’American Theatre Wing, des amis dont son partenaire Brock Pemberton se sont rejoints autour d’une table chez Sardi’s dans le but de trouver une façon d’honorer la mémoire d’Antoinette. C’est à ce moment qu’est né les fameux et prestigieux Tony Awards, récompenses données aux membress de la communauté broadwayenne (ben oui, on invente des mots juste pour ça) s’illustrant au cours d’une année et qui porte aussi le nom du célèbre gala. Pour ceux qui auraient manqué le petit cours sur les Tony Awards, c’est juste ici (lien)! Sardi’s a longtemps été le théâtre (jeu de mots #tadamtssss) de l’annonce des nominations des Tony Awards, événement presque autant couru et attendu que le gala lui-même. L’année 2016 marquera d’ailleurs le 70e anniversaire des Tony Awards et, par le fait même, le 70e anniversaire de décès d’Antoinette (Tony) Perry. On suppose qu’un hommage pourrait lui être rendu en juin prochain pour l’occasion.

Sardi’s est donc bien plus qu’un restaurant, mais plutôt un lieu historique qui continue de marquer l’histoire de Broadway, à sa façon. Si vous vous y arrêtez, gardez l’œil ouvert. Peut-être aurez-vous l’occasion d’apercevoir quelques vedettes à la table voisine!

sardis-james-franco-helen-mirren-brian-cranstonBryan Cranston, Helen Mirren et James Franco ont eu droit au « traitement Sardi’s »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s