La saison des galas à New York

Tout comme pour le cinéma hollywoodien, le théâtre new-yorkais bénéficie d’un grand prestige et une multitude de galas ont lieu. À chaque année entre avril et juin, c’est la saison des remises de prix (Awards season) et six galas majeurs se tiennent un peu partout à Manhattan. Bien sûr, tout comme Hollywood avec les Oscars, c’est la cérémonie des Tony Awards qui clôt la saison théâtrale annuelle. Il est important de mentionner que les six galas présentés récompensent des productions qui se tiennent dans la ville de New York seulement. Les autres métropoles où le théâtre a une forte popularité comme Londres, Los Angeles et Toronto ont leur propre remise de prix. Je vous promets un éventuel article sur le sujet!

*Avant de commencer, il faut savoir que ces galas honorent les différentes catégories de productions théâtrales, soit Broadway et Off-Broadway. Pour assurer votre bonne compréhension, je vous recommande la lecture de mon article Broadway et Off-Broadway : quelle est la différence?.

LUCILLE LORTEL AWARDS
Le nom Lucille Lortel vous dit quelque chose? Si vous capotez sur la série F.R.I.E.N.D.S. comme moi, c’est parce que Joey joue au Lucille Lortel Theatre dans Freud! The Musical. Nommés en l’honneur de la prolifique productrice dont on dénombre plus de 500 pièces de théâtre à son curriculum vitae, les prix récompensent uniquement les productions de catégorie Off-Broadway. Le jury qui vote regroupe une multitude d’artisans et journalistes de tous les horizons : membres de la Off-Broadway League, l’Actors’ Equity (équivalent de l’Union des Artistes au Québec), la Stage Directors & Choreographers Society, la Lucille Lortel Foundation, etc. Étant les seuls prix qui ne mettent en compétition que les productions Off-Broadway, les Lucille Lortel Awards jouissent d’un grand prestige dans le milieu du théâtre professionnel de petite et moyenne envergure.
*Édition 2017 : nominations (4 avril), gagnants (7 mai), animateur (Taran Killam)
*Édition 2018 : nominations (4 avril), gagnants (6 mai), animateur (Laura Benanti et Jason Jones)

OBIE AWARDS
Depuis 1956, l’hebdomadaire new-yorkais The Village Voice remet les Obie Awards aux artisans œuvrant dans les productions de catégories Off-Broadway et Off-Off-Broadway. Parmi tous les prix présentés, les Obie Awards sont probablement les moins conventionnels. D’abord, parce qu’il n’y a pas de nominations annoncées et ensuite, parce qu’il y a plusieurs gagnants par catégorie. Par exemple, pour les prix remis aux acteurs, le jury nomme plusieurs personnes qui sont toutes gagnantes d’un trophée, peu importe leur sexe ou l’ampleur de leur rôle! À l’exception des prix Lifetime Achievement et Best New American Play, il n’y a pas de catégories fixes qui reviennent chaque année. Dépendamment des productions qui ont marqué la saison, le jury décide des catégories. Les Obie Awards sont à l’image du théâtre de catégorie Off-Broadway : non conventionnels, éclatés et surprenants. C’est probablement la raison pourquoi ce petit gala est autant apprécié et reconnu par les artisans de la Grosse Pomme.
*Édition 2016 : gagnants (22 mai), animatrice (Lea DeLaria)
*Édition 2017 : gagnants (21 mai), animatrice (John Leguizamo)

obie-awards

DRAMA LEAGUE AWARDS
Remis pour la première fois en 1935, les Drama League Awards, qui célèbrent autant les productions de catégories Broadway et Off-Broadway, sont la plus vieille remise de prix du théâtre américain. C’est également le seul gala majeur dont les trophées sont remis par les spectateurs. Le prestige des Drama League Awards se trouve principalement dans la catégorie des performances d’acteurs. Plutôt que de séparer les hommes des femmes, les pièces de théâtre des comédies musicales ainsi que les rôles principaux des rôles secondaires, le jury mélange tout ce beau monde ensemble pour annoncer une liste de 50 nominés. Par la suite, une seule de ces personnes remportera le convoité Drama League for Distinguished Performance. C’est donc dire que l’actrice de soutien méconnue dans une petite production Off-Broadway peut se retrouver en compétition contre l’acteur réputé qui tient un rôle principal dans une grande production de Broadway. Pour les fanatiques comme moi, les Drama League Awards sont habituellement un bon indicateur pour les Tony Awards, puisqu’il est fort à parier que l’acteur qui se démarque dans la catégorie des performances gagnera habituellement le Tony dans sa catégorie respective.
*Édition 2017 : nominations (19 avril), gagnants (19 mai), animateurs (Audra McDonald & Will Swenson)
*Édition 2018 : nominations (18 avril), gagnants (18 mai)

OUTER CRITICS CIRCLE AWARDS
À mes yeux, cette remise de prix est la plus inutile de ce palmarès… Bien que tout interprète est probablement aux anges de remporter un Outer Critics Circle Award, cette remise de prix n’est à mes yeux qu’une copie des Drama Desk Awards. Mis à part les membres du jury, il n’y a aucune différence dans les types de productions récompensées et les différentes catégories. Si vous maîtrisez la langue de Shakespeare, vous comprenez que « Outer Critics » veut dire que les membres du jury sont des journalistes et critiques de théâtre qui n’œuvrent pas à New York. Les gagnants sont habituellement annoncés quelques semaines après la cérémonie officielle qui a lieu au réputé restaurant Sardi’s, qui a fait l’objet d’un article sur BroadwayVez.
*Édition 2017 : nominations (25 avril), gagnants (8 mai)
*Édition 2018 : nominations (24 avril), gagnants (7 mai)

DRAMA DESK AWARDS
Si on parle souvent des Tony Awards comme des « Oscars de Broadway », on pourrait alors comparer les Drama Desk aux Golden Globes : c’est la 2e remise de prix la plus prestigieuse et l’étendue des prix est plus large (les Drama Desk récompensent également les productions Off-Broadway et Off-Off-Broadway, alors que les Golden Globes récompensent aussi la télévision). Le gala tenu habituellement au New York’s Town Hall a lieu annuellement depuis 1955. The Drama Desk Organization, organisme sans but lucratif, est l’autorité qui remet les multiples prix. Le jury est composé d’environ 140 critiques de théâtre, journalistes et éditeurs qui s’impliquent sur une base volontaire et qui se rencontrent deux fois par mois pour discuter des productions éligibles. Il est à noter que l’organisation des Drama Desk Awards se réclame comme étant le seul gala où l’ensemble du jury n’a aucun intérêt personnel dans les résultats, contrairement aux autres galas où plusieurs artisans font partie du jury.
*Édition 2017 : nominations (27 avril), gagnants (4 juin), animateur (Michael Urie)
*Édition 2018 : nominations (26 avril), gagnants (3 juin), animateur (Michael Urie)

TONY AWARDS
Les Tony Awards sont à Broadway ce que les Oscars sont à Hollywood! Fondés par l’organisme American Theatre Wing et supervisés par The Broadway League, les Tony Awards récompensent autant les pièces de théâtre que les comédies musicales, mais celles-ci ne compétitionnent pas dans les mêmes catégories. Seules les productions qui jouent dans les théâtres de catégorie Broadway sont éligibles à ce gala. Le nom « Tony » a été donné en l’honneur de l’actrice et productrice Antoinette Perry. De loin le gala le plus prestigieux du théâtre américain, la cérémonie a habituellement lieu au gigantesque Radio City Musical Hall. Au fil des années, de grandes célébrités ont animé la soirée, dont Hugh Jackman, Whoopi Goldberg, Neil Patrick Harris, Matthew Broderick, Rosie O’Donnell, Anthony Hopkins et Julie Andrews. Le numéro d’ouverture est toujours un moment fort, comme en témoigne la vidéo ci-dessous tirée de l’édition 2013.
*Édition 2017 : nominations (2 mai), gagnants (11 juin), animateur (Kevin Spacey)
*Édition 2018 : nominations (1er mai), gagnants (10 juin), animateur (Sara Bareilles et Josh Groban)

Tony-Awards

NBC ramène Broadway au petit écran

Le 3 décembre prochain, le réseau américain NBC poursuivra se récente tradition et présentera la comédie musicale The Wiz en direct avec une distribution toute étoile composée de Queen Latifah, Mary J. Blidge, Ne-Yo, David Alan Grier et Amber Riley. Ce sera la troisième fois en autant d’années que NBC produira une comédie musicale en direct au mois de décembre!

Dans les années 50, du temps où les chansons de comédies musicales jouaient sur les radios commerciales, NBC avait l’habitude de présenter des captations en direct de comédies musicales de Broadway. En 1955, le réseau avait télédiffusé la production originale de Peter Pan avec Mary Martin dans le rôle-titre, récoltant des cotes d’écoute faramineuses. Fort de ce succès, le réseau a poursuivi cette tradition dans les années qui ont suivi avec des télédiffusions de Cinderella, Annie Get Your Gun, Aladdin et The Fantasticks, notamment. Avec le gain en popularité du rock ‘n’ roll et l’invasion britannique des années 60, cette tradition s’est peu à peu perdue.

En 2012, les producteurs Craig Zadan et Neil Meron, à qui l’on doit les films Chicago et Hairspray, se sont associés au réseau NBC pour ramener cette tradition. Plutôt que d’installer des caméras dans un théâtre de Broadway et filmer une représentation, comme c’était souvent le cas dans les années 50, NBC a décidé de construire les décors dans un studio de télévision et de filmer le tout en direct!

Pour assurer le succès de la première édition, les producteurs se sont tournés vers un classique : The Sound of Music (La Mélodie du Bonheur). Avec la chanteuse Carrie Underwood dans le rôle de Maria, cette première production a été un succès retentissant, dépassant la barre des 18 millions d’auditeurs. Malgré des critiques sévères (mais justifiées) à l’endroit de la gagnante d’American Idol, la performance a grandement plu au public et a confirmé aux producteurs de revenir à la charge l’année suivante.

sound-of-music

En décembre 2014, Zadan et Meron ont donc produit Peter Pan avec, en tête d’affiche, Allison Willians (Peter) et Christopher Walken (Crochet). Bien que les performances des rôles principaux étaient plus solides et que les problèmes techniques de l’année précédente ont été réglés, l’émission a rejoint un peu plus de 9 millions de téléspectateurs, soit la moitié de l’édition précédente. Tout de même, NBC a décidé d’aller de l’avant avec une troisième édition qui sera diffusée le jeudi 3 décembre prochain!

La comédie musicale The Wiz a fait ses débuts sur Broadway en 1975, pour ensuite être adaptée au grand écran en 1978 avec Michael Jackson et Diana Ross dans les rôles principaux. The Wiz est une réinterprétation contemporaine du célèbre roman pour enfants Le Magicien d’Oz de L. Frank Baum. La différence avec le film notoire mettant en vedette Judy Garland? Tous les personnages sont afro-américains et la musique donne dans le soul et le R&B. C’est l’excellent metteur en scène Kenny Leon qui sera le chef d’orchestre de cette distribution prometteuse qui compte un mélange de stars de la musique, de vedettes du grand écran et d’artisans de Broadway. NBC promet une télédiffusion très impressionnante puisque le Cirque du Soleil s’ajoute à l’aventure comme co-producteurs, en plus de créer des numéros de haute voltige pour trois chansons! The Wiz sera vraiment l’événement télévisuel du mois de décembre cette année!

En plus de faire connaître la comédie musicale à davantage de personnes, ces télédiffusions plaisent aux amateurs de Broadway puisque la plupart des rôles secondaires sont joués par des acteurs new-yorkais habitués des planches. En effet, puisque NBC est situé à New York, il est naturel d’aller chercher ce qui se fait de mieux en frais de comédiens-chanteurs pour assurer la solidité des performances. Dans les deux premières éditions, on a notamment vu plusieurs lauréats de plusieurs Tony Awards avoir des rôles prédominants : Christian Borle, Laura Benanti, Audra McDonald, Kelli O’Hara, etc..

À l’instar de NBC, le réseau FOX a aussi décidé de plonger dans l’aventure et présentera Grease le 31 janvier prochain. De la même manière, cette télédiffusion se fera en direct d’un studio de télévision et mettra en vedette un mélange de vedettes et d’acteurs de Broadway. Le rôle de Sandy a été confié à Julianne Hough alors que Dany sera interprété par Aaron Tveit. À ce duo s’ajoutent Vanessa Hudgens, Carly Rae Jepsen, Mario Lopez, Nick Jonas et Martin Short. Ne vous inquiétez, je vous ferai un rappel en janvier pour ceux qui ne veulent pas manquer cette nouvelle version du film classique!

Vous trouvez New York trop loin et le prix des billets de comédies musicales vous désespère? Jeudi le 3 décembre prochain à 20h, ouvrez votre télévision sur NBC et appréciez!

the-wiz

Ces fameuses Rockettes

Un de mes objectifs avec le blogue BroadwayVez était d’avoir des collaborateurs qui, une fois de temps en temps, viendraient ajouter leur grain de sel en abordant des sujets reliés au monde des comédies musicales. Voici donc le premier article d’Audrey Dion, une passionnée des arts de la scène avec qui j’ai eu le plaisir de collaborer sur une foule de spectacles (et avec qui je partage ma vie!)

En tant qu’amoureuse du temps des fêtes, de New York et de Broadway (et aussi parce que j’ai un accès plutôt privilégié au blogue BroadwayVez), j’ai décidé, pour ma première collaboration ici, de vous dresser un petit portrait d’une troupe de danse on ne peut plus connue : les Rockettes. Avec les festivités qui prennent forme à New York présentement, si vous êtes dans le coin, vous ne pourrez pas manquer les nombreuses publicités qui annoncent leurs performances de toutes sortes. Que ce soit au Radio City Music Hall dans le cadre du populaire spectacle Radio City Christmas Spectacular, à l’époustouflante parade de Thanksgiving (Pst! Pour voir la liste des perfos de Broadway à voir lors de la parade, c’est par ici!) ou encore à la traditionnelle cérémonie d’illumination du sapin de Noël du Rockefeller Centre, les Rockettes sont partout.

Je dois avouer que j’ai souvent été à New York, mais que je n’ai jamais vu les Rockettes sur scène. Je me suis quand même toujours questionnée sur toute l’ampleur, la grandeur et la notoriété de cette troupe de danse ô combien acclamée. C’est donc ici que je me lance pour vous permettre de vous péter les bretelles devant votre famille et vos amis en sachant TOUT sur les Rockettes.

D’abord, il faut savoir que la troupe de danse, composée uniquement de femmes, a été fondée en 1925 à St-Louis, au Missouri, avant de rapidement élire domicile à New York. Depuis 1933, Radio City Christmas Spectacular tient donc l’affiche dans la Grosse Pomme de novembre à janvier, dans un spectacle d’une durée de 90 minutes. Ce qui caractérise la troupe? Le synchronisme irréprochable des danseuses et leur uniformité visuelle impressionnante. Que ce soit dans le ballet, le jazz ou la claquette, les filles frôlent définitivement la perfection. Leur célèbre numéro de la parade des soldats de bois, reconnue pour son effet domino assez impressionnant à la toute fin, fait partie des deux numéros originaux de la troupe, conservée depuis leur premier spectacle de Noël en 1932. Par chez nous, les adeptes de la défunte production Noël à Québec se rappelleront de ce numéro emprunté aux Rockettes, d’ailleurs repris partout dans le monde.

Rockettes_domino

Vous rêvez de faire partie de la troupe? Rendez-vous aux auditions qui se tiennent annuellement à New York au printemps. À condition bien sûr que vous soyez âgées de 18 ans ou plus et que vous fassiez entre 5’6″ et 5’10½ » de hauteur. Sinon, vous vous verrez refusées à l’audition, au grand bonheur des 400 ou 500 femmes qui attendront leur tour dans la file d’attente. Et je n’exagère pas du tout. Fait intéressant et choquant : avant 1987, les danseuses à la peau foncée, toutes catégories confondues, n’étaient pas admises dans la troupe par souci d’uniformité et d’esthétique visuelle. Ridicule? À peine…

Vous voulez passer un bon moment en assistant à un spectacle mythique? Je vous conseille d’acheter des billets rapidement parce que le Radio City Christmas Spectacular est définitivement un incontournable de New York. En plus, vous aurez l’occasion de visiter l’immense Radio City Music Hall et ses 6 015 places! Avez ses deux millions de spectateurs chaque année, pas besoin de vous dire de vous dépêcher. Petite mise en garde : si vous êtes un habitué de New York et que comme moi, Times Square vous irrite plus qu’autre chose, attention! C’est le spectacle et l’endroit par excellence des touristes. Armez-vous de patience et de tolérance, vous en aurez besoin. #kodakpartout #savoirvivrelimité

Pour plus d’infos ou pour acheter des billets, rendez-vous sur le site officiel.

Bon spectacle et donnez-nous vos impressions si vous avez l’occasion d’y assister!

CRITIQUE : The Last Five Years au grand écran

En 2013, le réalisateur-scénariste américain Richard La Gravenese à qui l’on doit notamment les films P.S. I Love You et The Fisher King a décidé d’adapter la comédie musicale The Last Five Years au grand écran. Le film indépendant a été tourné à New York avec en tête d’affiche Anna Kendrick (Up in the AirPitch Perfect) et Jeremy Jordan (Newsies sur Broadway).

L’adaptation cinématographique de la comédie musicale intimiste était un choix audacieux pour plusieurs raisons. D’abord, parce que la pièce n’a jamais joué sur de grandes scènes comme Broadway ou Londres. Ensuite, parce que l’histoire en apparence cute est tout sauf simple! Finalement, parce que La Gravenese a confié le rôle principal masculin à un acteur de Broadway complètement inconnu du grand public. Ces trois raisons expliquent probablement pourquoi le film a été un flop financier, avec ses 150 000$ au box-office pour un budget dépassant les 2 millions… Par contre, ces trois mêmes raisons expliquent pourquoi je considère que The Last Five Years est un film audacieux qui se démarque des autres adaptations cinématographiques de comédies musicales.

The Last Five Years raconte la relation amoureuse entre Cathy et Jamie, de leur première rencontre jusqu’à leur rupture, cinq ans plus tard. « Mais pourquoi nous dis-tu le punch final? », que vous me demandez de manière agressive! « Parce qu’on l’apprend dès la première scène », que je vous réponds! En effet, là est la particularité qui différencie The Last Five Years des autres films romantiques : Jamie nous raconte l’histoire de A à Z, alors que Cathy nous la raconte de Z à A. Les deux personnages ne se croisent qu’une seule fois dans leur récit : à leur mariage. Le film (et la comédie musicale) est donc une série de tableaux qui mettent en scène le couple, mais où s’alternent les deux personnages en tant que narrateurs de l’histoire.

La pièce a été écrite et composée par Jason Robert Brown et a vu le jour en 2001 à Chicago. La production dont tout le monde se rappelle est celle ayant joué Off-Broadway en 2002 et qui mettait en vedette Norbert Leo Butz (Wicked, Catch Me If You Can) et Sherie Renée Scott (Aida, The Little Mermaid). Même si cette version n’a joué que pendant deux mois, The Last Five Years a remporté plusieurs prix et la trame sonore a connu un très bon succès.

l5y

Butz et Scott dans la production de 2002

Revenons au film! Je dois dire que The Last Five Years a des moments très forts, ainsi que des moments plutôt faibles. Dans les points positifs, mentionnons la réalisation de La Gravenese qui est rafraîchissante, recherchée et qui met de l’avant la magnifique ville de New York et une foule d’endroits romantiques et méconnus. La musique est bien sûr excellente et le « lipsynch » des acteurs qui avaient préalablement enregistré les chansons en studio ne paraît quasiment pas, contrairement à certains autres films du genre. Mes moments coups de coeur sont les chansons « Climbing Uphill » et « If I Didn’t Believe in You » ainsi que la scène finale.

Parmi les points négatifs, on note certaines chansons plus faibles qui dérangent le rythme du film. C’est le cas de « The Schmuel Song » dont on ne comprend pas trop l’importance dans l’histoire ainsi que « Moving Too Fast » où Jamie marche dans la ville et les passants se mettent à danser l’instant de quelques secondes. Il n’y a aucune chorégraphie (ni rien qui s’y rapproche) ailleurs dans le film, sauf ce drôle de moment qui nous rappelle de pénibles souvenirs du film Mamma Mia!… Selon moi, le problème majeur du film The Last Five Years est l’absence de mise en contexte du concept d’histoire racontée de manière antichronologique par l’un des deux personnages. J’ai rapidement compris le concept parce que je connaissais déjà bien la comédie musicale, mais si je me mets dans les souliers d’un néophyte, l’idée est très difficile à cerner. Les transitions entre les scènes se font trop naturellement alors qu’en réalité, on fait des bonds de plusieurs années en avant et en arrière! La façon trop facile aurait été d’avoir un sous-titre qui mentionne la date au début de chaque scène, mais je suis certain qu’un procédé plus subtile et tout aussi efficace aurait pu être développé pour faciliter la compréhension.

jamie

Côté interprétation, les deux acteurs principaux donnent une très bonne performance. Le jeu est juste et tout en subtilité. Jeremy Jordan est parfaitement crédible dans le rôle de l’égocentrique Jamie. Sa voix est extrêmement solide, si bien qu’à quelques moments, on remarque que c’est sa vraie voix sur le plateau de tournage qui a été conservée, plutôt que celle préenregistrée en studio. C’est là qu’on voit l’expérience de Jordan et ses nombreuses années à jouer 8 performances par semaine sur Broadway. Anna Kendrick, de son côté, rend très bien le rôle de Cathy. Vocalement, on sent un manque de solidité dans les aigus à quelques moments. Par contre, ça n’enlève en rien qu’elle a une très belle voix qu’elle a su mettre en évidence dans des chansons plus douces comme « Still Hurting » et « See I’m Smiling ».

J’ai adoré les petits caméos d’acteurs ayant participé à des productions antérieures de la pièce, dont Sherie Renée Scott qui joue une directrice de casting, Betsy Wolfe qui joue la coloc de Cathy et le compositeur Jason Robert Brown, qui joue un pianiste d’audition. C’est une manière originale de rendre hommage à ceux qui ont créé ces rôles, un peu comme lorsque Colm Wilkinson (le premier Valjean) avait joué l’Évèque dans le film Les Misérables.

Somme toute, The Last Five Years est un bon film que tout amateur de comédie musicale se doit de voir. J’ose espérer que ce long-métrage inspirera plusieurs réalisateurs à se tourner vers le marché des films indépendants pour adapter des comédies musicales intimistes. Quand j’entends les rumeurs de long-métrage de Spring Awakening ou de Next to Normal, je ne peux tout simplement pas m’imaginer une giga-production comme les adaptations d’Into the Woods ou Les Misérables. Les films indépendants peuvent se permettre d’avoir des acteurs spécialisés en comédie musicale qui conserveront l’essence de ces comédies musicales… À suivre!

cathy

6 acteurs hollywoodiens qui feront leur début sur Broadway cette année

Plusieurs grands acteurs ont fait leur début sur les planches des théâtres new-yorkais avant de devenir de grandes célébrités du cinéma hollywoodien (Al Pacino, Dustin Hoffman, Hugh Jackman, Meryl Streep, etc.). À chaque année, des acteurs font le chemin inverse et, après des années à connaître du succès dans le cinéma, font leur début sur Broadway. C’est un défi de taille puisqu’un bon acteur de cinéma n’excellera pas nécessairement sur les planches, et vice versa! À travers les années, plusieurs célébrités hollywoodiennes ont raconté ces quelques mois sur Broadway comme étant le plus grand défi de leur carrière! Cette année encore, plusieurs acteurs feront le saut sur les planches, dont 3 lauréats d’un Oscar!
1) Forest Whitaker
Le polyvalent acteur qui a remporté l’Oscar du Meilleur Acteur en 2006 pour l’excellent The Last King of Scotland fera ses débuts sur Broadway dans un revival de la pièce Hughie du célèbre dramaturge Eugene O’Neill. C’est le réputé metteur en scène britannique Michael Grandage qui orchestrera cette production prévue pour le printemps.
forest-whitaker
2) Keira Knightley
L’actrice britannique qu’on voit exceller au grand écran depuis son enfance fera ses débuts sur Broadway dans le rôle-titre de l’adaptation théâtrale de Thérèse Raquin, le célèbre roman d’Émile Zola. L’actrice a auparavant joué dans quelques productions londoniennes, mais Thérèse Raquin sera son baptême théâtral en sol américain! Une production à voir à New York dès le mois d’octobre.
keira-knightley
3) Bruce Willis
Et oui, le grand John McClane fera ses débuts sur Broadway! Vous vous rappelez du film Misery dans lequel Kathy Bates brisait les jambes de James Caan à coups de marteau? Le roman culte de Stephen King a été adapté en pièce de théâtre et c’est Bruce Willis qui jouera le rôle du romancier Paul Sheldon, aux côtés de Laurie Metcalf. Si vous voulez voir Bruce, décidez-vous rapidement parce que les billets pour la production prévue pour l’automne s’envolent rapidement!
bruce-willis
4) Jennifer Hudson
Le célèbre roman The Color Purple a d’abord été adapté en film (1985), puis en comédie musicale (2005). La production originale de Broadway a charmé le public new-yorkais, si bien qu’une nouvelle mouture verra le jour cet automne. Afin d’attirer les foules, les producteurs comptent sur la participante d’American Idol et lauréate d’un Oscar (Dreamgirls) pour camper un rôle secondaire. Une distribution de haut calibre prendra d’assaut le Jacobs Theatre dès le mois de novembre!
jennifer-hudson
5) George Takei
Le célèbre acteur qui a campé le Commandant Sulu dans Star Trek pendant douze ans fera ses débuts sur Broadway cet automne. L’acteur de 78 ans jouera deux rôles majeurs dans la nouvelle comédie musicale Allegiance, qui dépeint l’arrivée des japonais en Amérique pendant la Seconde guerre mondiale. Ce qui rend le tout encore plus unique, c’est que les auteurs se sont inspirés de la vie de Takei, qui jouera le rôle de son propre grand-père. À voir dès le mois prochain sur Broadway!
george-takei
6) Marlee Matlin
L’actrice de 50 ans est la troisième lauréate d’un Oscar dans cette liste. En plus d’être la plus jeune récipiendaire du prix de la Meilleure Actrice, Matlin a été la première personne sourde à remporter la prestigieuse statuette en 1986, pour sa touchante performance dans Children of a Lesser God. Quand on a annoncé que la comédie musicale Spring Awakening revenait sur Broadway dans une production comptant une majorité d’acteurs sourds, les rumeurs ont vite circulé, annonçant Matlin dans la distribution. Quelques jours plus tard, le tout a été confirmé et l’actrice fera ses débuts sur Broadway dans quelques jours!
marlee-matlin
Sans être leur premier crédit sur Broadway, plus autres acteurs hollywoodiens brilleront sur les planches cette année : Al Pacino, Matthew Broderick, James Earl Jones, Cicely Tyson, Frank Langella, Sam Rockwell, Telly Leung, Jane Krakowski, Ciaran Hinds, Jessica Lange et plusieurs autres.

Tony Awards 2015

Le 7 juin prochain, c’est la grande messe du théâtre new-yorkais : les Tony Awards! Ce gala est à Broadway ce que les Oscars sont à Hollywood. Après Neil Patrick Harris, Hugh Jackman et Sean Hayes dans les dernières années, c’est le duo Kristin Chenoweth-Alan Cumming qui animera la soirée présentée au Radio City Music Hall. Les deux acteurs-chanteurs ont un parcours similaire : ils ont commencé sur les planches, Chenoweth à New York et Cumming à Londres, pour ensuite connaître une belle carrière à l’écran. Ils ont donc le profil idéal pour animer les Tony Awards : ils sont des acteurs de Broadway respectés par la communauté et sont connus du grand public (la course aux cotes d’écoute!).

Si les Oscars sont précédés par une multitude de galas secondaires comme les Golden Globes et les prix BAFTA, il en est de même à New York. Dès la fin-avril, c’est la Awards season où les divers galas annoncent leurs nominations et remettent leurs prix. Trois galas précèdent les Tony Awards et orientent les experts dans leurs prédictions : les Drama League Awards, les Outer Critics Circle Awards et les Drama Desk Awards. Ces trois remises de prix ont un point commun qui les différencie des Tony Awards : ils récompensent les productions théâtrales de catégorie Broadway et Off-Broadway. C’est donc dire que les pièces de théâtre à petit budget qui jouent dans des salles de 150 sièges compétitionnent avec les méga-productions aux budgets faramineux qui jouent devant 1 000 à 2 000 spectateurs soir après soir. Les Tony Awards, pour leur part, ne récompensent que les productions qui jouent dans les théâtres de catégorie Broadway (pour faire une histoire courte, ces théâtres doivent avoir plus de 500 sièges et être situés dans le Theatre District, entre la 40e et 54e Rue). De plus, les pièces de théâtre et les comédies musicales ne compétitionnent pas dans les mêmes catégories.

Mes prédictions
Bien que les précédents galas aient majoritairement récompensé les comédies musicales An American in Paris et Something Rotten!, j’ai vraiment l’impression que c’est Fun Home qui sortira grand gagnant de la soirée du 7 juin. À plusieurs reprises dans l’histoire, les Tony Awards ont penché du côté du petit spectacle fort en émotions, au détriment des comédies musicales à grand déploiement. En 2007, Spring Awakening avait tout raflé contre les très populaires Mary Poppins et Legally Blonde. En 2012, c’est l’intime Once qui était ressorti gagnant contre les grandes comédies musicales Newsies, Ghost et Nice Work if You Can Get It. Du côté des pièces de théâtre, c’est l’incroyable importation britannique The Curious Incident of the Dog in the Night-Time qui devrait tout remporter.

*MISE À JOUR (8 juin) : Quelle belle soirée hier. Je fais mes prédictions depuis quelques années, et 2015 est de loin ma meilleure performance : 19 sur 24!
(Ci-dessous : les gagnants se méritent une ★)

➨ = Mes prédictions

Meilleure comédie musicale
An American in Paris
Fun Home
Something Rotten!
The Visit

Meilleure pièce de théâtre
The Curious Incident of the Dog in the Night-Time
Disgraced
Hand to God
Wolf Hall: Parts 1 and 2

Meilleure reprise d’une comédie musicale
The King and I
On the Town
On the Twentieth Century

Meilleure reprise d’une pièce de théâtre
The Elephant Man
Skylight

This Is Our Youth
You Can’t Take It With You

Meilleur acteur dans une pièce de théâtre
Steven Boyer (Hand to God)
Bradley Cooper (The Elephant Man)
Ben Miles (Wolf Hall: Parts 1 and 2)
Bill Nighy (Skylight)
➨Alex Sharp (The Curious Incident of the Dog in the Night-Time)★

Meilleure actrice dans une pièce de théâtre
Geneva Carr (Hand to God)
➨Helen Mirren (The Audience)★
Elisabeth Moss (The Heidi Chronicles)
Carey Mulligan (Skylight)
Ruth Wilson (Constellations)

Meilleur acteur dans une comédie musicale
➨Michael Cerveris (Fun Home)★
Robert Fairchild (An American in Paris)
Brian d’Arcy James (Something Rotten!)
Ken Watanabe (The King and I)
Tony Yazbeck (On the Town)

Meilleure actrice dans une comédie musicale
➨Kristin Chenoweth (On the Twentieth Century)
Leanne Cope (An American in Paris)
Beth Malone (Fun Home)
Kelli O’Hara (The King and I)★
Chita Rivera (The Visit)

Meilleur livret d’une comédie musicale
An American in Paris (Craig Lucas)
Fun Home (Lisa Kron)★
Something Rotten! (Karey Kirkpatrick and John O’Farrell)
The Visit (Terrence McNally)

Meilleure musique d’une comédie musicale
Fun Home (Musique: Jeanine Tesori, paroles: Lisa Kron)★
The Last Ship (Musique et paroles: Sting)
Something Rotten! (Musique et paroles: Wayne Kirkpatrick and Karey Kirkpatrick)
The Visit (Musique: John Kander, paroles: Fred Ebb)

Meilleur acteur de soutien dans une pièce de théâtre
Matthew Beard (Skylight)
K. Todd Freeman (Airline Highway)
Richard McCabe (The Audience)★
Alessandro Nivola (The Elephant Man)
Nathaniel Parker (Wolf Hall: Parts 1 and 2)
➨Micah Stock (It’s Only a Play)

Meilleure actrice de soutien dans une pièce de théâtre
➨Annaleigh Ashford (You Can’t Take It with You)★
Patricia Clarkson (The Elephant Man)
Lydia Leonard (Wolf Hall: Parts 1 and 2)
Sarah Stiles (Hand to God)
Julie White (Airline Highway)

Meilleur acteur de soutien dans une comédie musicale
➨Christian Borle (Something Rotten!)★
Andy Karl (On the Twentieth Century)
Brad Oscar (Something Rotten!)
Brandon Uranowitz (An American in Paris)
Max von Essen (An American in Paris)

Meilleure actrice de soutien dans une comédie musicale
Victoria Clark (Gigi)
Judy Kuhn (Fun Home)
Sydney Lucas (Fun Home)
➨Ruthie Ann Miles (The King and I)★
Emily Skeggs (Fun Home)

Meilleurs décors dans une pièce de théâtre
➨Bunny Christie and Finn Ross (The Curious Incident of the Dog in the Night-Time)★
Bob Crowley (Skylight)
Christopher Oram (Wolf Hall: Parts 1 and 2)
David Rockwell (You Can’t Take It with You)

Meilleurs décors dans une comédie musicale
➨Bob Crowley et 59 Productions (An American in Paris)★
David Rockwell (On the Twentieth Century)
Michael Yeargan (The King and I)
David Zinn (Fun Home)

Meilleurs costumes dans une pièce de théâtre
Bob Crowley (The Audience)
Jane Greenwood (You Can’t Take It with You)
Christopher Oram (Wolf Hall: Parts 1 and 2)★
➨David Zinn (Airline Highway)

Meilleurs costumes dans une comédie musicale
Gregg Barnes (Something Rotten!)
Bob Crowley (An American in Paris)
William Ivey Long (On the Twentieth Century)
➨Catherine Zuber (The King and I)★

Meilleurs éclairages dans une pièce de théâtre
➨Paule Constable (The Curious Incident of the Dog in the Night-Time)★
Paule Constable and David Plater (Wolf Hall: Parts 1 and 2)
Natasha Katz (Skylight)
Japhy Weideman (Airline Highway)

Meilleurs éclairages dans une comédie musicale
Donald Holder (The King and I)
➨Natasha Katz (An American in Paris)★
Ben Stanton (Fun Home)
Japhy Weideman (The Visit)

Meilleure mise en scène dans une pièce de théâtre
Stephen Daldry (Skylight)
➨Marianne Elliott (The Curious Incident of the Dog in the Night-Time)★
Scott Ellis (You Can’t Take It with You)
Jeremy Herrin (Wolf Hall: Parts 1 and 2)
Moritz von Stuelpnagel (Hand to God)

Meilleure mise en scène dans une comédie musicale
➨Sam Gold (Fun Home)★
Casey Nicholaw (Something Rotten!)
John Rando (On the Town)
Bartlett Sher (The King and I)
Christopher Wheeldon (An American in Paris)

Meilleures chorégraphies
Joshua Bergasse (On the Town)
Christopher Gattelli (The King and I)
Scott Graham & Steven Hoggett (The Curious Incident of the Dog in the Night-Time)
Casey Nicholaw (Something Rotten!)
➨Christopher Wheeldon (An American in Paris)★

Meilleures orchestrations
Christopher Austin, Don Sebesky, Bill Elliott (An American in Paris)★
➨John Clancy (Fun Home)
Larry Hochman (Something Rotten!)
Rob Mathes (The Last Ship)