Hip hop, métal et électro sur Broadway

«La musique de comédies musicales, ça sonne toujours pareil»

Combien de fois ai-je entendu cette phrase?
Bien que cet énoncé soit complètement faux, je dois avouer que je peux le comprendre.

«Quoi? BroadwayVez trouve que toutes les comédies musicales sonnent pareil?!»

Ben non.

Par contre, si je me mets dans la peau de quelqu’un qui ne s’intéresse pas à Broadway et dont le seul référent est matante Jacqueline qui écoute La Mélodie du Bonheur tous les 24 décembre au matin et qui casse les oreilles de tout le monde au réveillon en chantant «Do Ré Mi» à minuit avec un verre dans le nez, je peux comprendre.

La culture québécoise n’est pas tournée vers le théâtre musical comme ça peut l’être aux États-Unis ou en Europe. Par contre, j’ai toujours dit qu’il y a une comédie musicale pour tout le monde. Peu importe le style musical qu’une personne affectionne, je peux trouver une œuvre qui lui plaira.

Un gars me dit qu’il écoute beaucoup de classic rock? Je ne lui présenterai pas les trames sonores parlées-chantées atonales de Sondheim!
Une fille me dit qu’elle a son iPod rempli de Katy Perry et de Lady Gaga? Je ne lui ferai pas écouter l’œuvre titanesque de Rodgers & Hammerstein.

Au-delà du style musical classique de Broadway influencé par le jazz, le rock et la pop sont maintenant omniprésents dans le paysage du théâtre musical depuis des décennies. Que ce soit avec Hair, Rent ou Next to Normal, le rock a sa place sur Broadway. Côté pop, les sonorités actuelles en vogue au Billboard 100 ont toujours eu une résonnance en comédie musicale.

Aujourd’hui, j’ai envie de sortir des sentiers battus et de vous présenter des œuvres parfois obscures, parfois connues, dont la trame sonore est originale!

 

HIP HOP

Probablement le style musical qui permet le mieux de raconter une histoire, le hip hop est un art poétique où les mots priment sur la musique. En considérant qu’une chanson de comédie musicale a d’abord l’objectif de raconter quelque chose, il est surprenant que le hip hop ne soit arrivé sur Broadway qu’au milieu des années 2000 (par contre, je continue de croire que Sondheim a touché au rap dans le monologue d’entrée de la Sorcière dans Into the Woods). Voici donc ma sélection d’œuvres dignes de mention :

  • In The Heights : Chaque fanatique de comédie musicale peut citer l’œuvre qui lui a donné la piqûre. Toute une génération mentionne Rent. Les plus jeunes parlent de Wicked. Pour moi, c’est In The Heights. J’aimais déjà le théâtre musical, mais c’est la trame sonore hip hop empreinte de rythmes latins qui m’a fait passer de «simple fan de Broadway» à «lecteur-compulsif-de-tout-ce-qui-a-été-écrit-en-la-matière et fanatique-fini-à-la-frontière-de-la-maladie-mentale». Oui oui, c’est ce qui est écrit sur ma carte d’affaires… Bref, In The Heights est une œuvre riche à l’histoire bien ficelée qui a amené un flot de nouvelles sonorités au théâtre musical moderne.
  • Holler If Ya Hear Me : Tupac est au hip hop ce qu’Elvis est au rock ‘n’ roll. Et si Elvis a eu une comédie musicale inspirée de son époque avec une trame sonore remplie de ses succès (All Shook Up, paru en 2005), Tupac aussi! Un autre point commun entre les deux artistes? Cette adaptation sur Broadway a été un flop. Malgré tout, Holler If Ya Hear Me avait un fort potentiel, avec son histoire originale, son équipe de création menée par l’excellent metteur en scène Kenny Leon et sa distribution toutes étoiles avec le poète Saul Williams et l’acteur Christopher Jackson (Fait divers : ce dernier était de la distribution originale des 3 œuvres de cette rubrique. Bref, le gars sait rapper!)
  • Hamilton : À la première écoute de la trame sonore d’Hamilton, on comprend qu’avec In The Heights, Lin-Manuel Miranda se pratiquait. On pensait que l’œuvre de 2008 était une révolution, mais ce n’était que l’entrée avant le repas principal! Hamilton n’a plus besoin de présentation, étant le plus gros succès de Broadway depuis que New York est peuplé par des êtres humains (oui oui, rien de moins). Le succès est fracassant, le spectacle est ingénieux et la trame sonore dépasse largement les frontières du théâtre musical, ayant atteint les plus hauts sommets du Billboard, se positionnant parmi les albums les plus vendus de 2016 aux côtés d’Adele, Drake et Beyoncé. La seule question qui reste : qu’est-ce que Miranda nous prépare comme dessert?

 

MÉTAL

Style musical souvent incompris des néophytes, le métal est probablement l’un des genres les plus complexes qui regroupent les plus grands musiciens de notre époque. Au 21e siècle, les rappeurs sont les Rimbaud de notre époque et les musiciens de métal eux, en sont les Beethoven. L’intensité de ce style est empreinte d’émotions, ce qui en fait un genre de prédilection pour raconter une histoire. Voici quelques titres à explorer :

  • Prometheus Bound : System of a Down est probablement l’un des groupes métal qui a connu le plus grand succès mainstream dans les dernières années. Étant fan moi-même (je ne sors jamais courir sans «B.Y.O.B.»), vous devinerez ma réaction quand j’ai su que le chanteur de la formation, Serj Tankian, travaillait avec Steven Sater (auteur-parolier de Spring Awakening) sur une comédie musicale basée sur le mythe grec de Prométhée! Créé en 2011 à Boston, le spectacle était mis en scène dans une arène où le public entourait les interprètes. Peu d’extraits existent, mais il n’y a pas de doute que l’œuvre avait tout pour plaire aux fans de métal. On croise les doigts pour que la comédie musicale soit reprise dans un futur proche!
  • Sweeney Todd – Prog Metal Version : En 2014, la Landless Theatre Company de Washington a reçu la permission de Stephen Sondheim de transposer en prog-métal la trame sonore de sa comédie musicale Sweeney Todd, parue en 1979. Sa seule condition? Ne pas changer une virgule du texte, des paroles et de l’histoire. Pour bien des œuvres de théâtre musical, une telle réécriture des partitions nécessiterait des changements à l’histoire pour rendre le tout crédible. Avec Sweeney Todd, tout y est déjà : histoire sanglante, personnages plus grands que nature, drame, cynisme, etc. On est déjà au beau milieu d’un film de Rob Zombie. Il ne manquait qu’une trame sonore aux guitares lourdes! Question de droits d’auteur, il n’existe pas d’extraits de cette production professionnelle. Pour vous montrer comment l’adaptation fonctionne, voici une interprétation de Dee Snider, chanteur de Twisted Sisters.
  • Operation: Mindcrime : Adam Pascal n’a plus besoin d’introduction dans le monde de la comédie musicale. L’acteur a prêté son exceptionnelle voix rock à de nombreux personnages, dont Roger dans Rent et Radames dans Aida. En constante recherche de repousser les limites de sa voix, il annonçait en 2009 qu’il travaillait sur une adaptation théâtrale de l’album concept Operation: Mindcrime du groupe métal Queensrÿche. Aucune annonce officielle de production n’a été faite à l’écriture de ces lignes, mais il n’y a pas de doute que cette future comédie musicale saura ravir les fans de métal.

 

ÉLECTRO

Ma découverte personnelle des dernières années! Contrairement au hip hop et au métal que j’appréciais avant de découvrir les comédies musicales, j’ai appris à aimer la musique électro grâce aux œuvres que je vous présenterai ci-après. L’électro fait partie du paysage musical depuis plusieurs décennies, mais son arrivée dans le monde du théâtre musical est relativement récente. Je ne parle pas ici de musique pop aux discrets synthétiseurs. Je parle de réelle musique électro, dans la veine de Daft Punk, Twenty One Pilots ou même David Bowie! Sans plus attendre, voici trois œuvres qui sauront plaire aux amateurs du genre.

  • American Psycho : Les premiers balbutiements électroniques sur Broadway peuvent être attribués à Duncan Sheik avec Spring Awakening, mais c’était subtil, la partition tombant davantage dans le genre folk. Par contre, avec American Psycho, Sheik a sorti les synthétiseurs et les drum machines pour créer en 2013 une oeuvre complètement «1987», à l’image de la trame sonore qu’écouterait le personnage principal. Ceux qui ont lu le livre ou vu le film de 2000 avec Christian Bale se rappelleront l’obsession de l’antagoniste pour Huey Lewis, Tears for Fears et Phil Collins. Et bien sachez qu’à travers la trame sonore originale de Duncan Sheik, l’auteur-compositeur s’est amusé à intégrer «Hip to Be Square», «Everybody Wants to Rule the World» et «In The Air Tonight».
  • Here Lies Love : Qui de mieux pour écrire une comédie musicale électro qu’un artiste qui a contribué à ce genre dans la culture populaire? C’est au DJ Fatboy Slim qu’on doit cette œuvre éclatée qui raconte la vie de la Première dame des Philippines, Imelda Marcos, à la manière d’un concert musical. Ah et j’oubliais : le collaborateur de Fatboy Slim n’était nul autre que David Byrne, des Talking Heads. Après avoir connu du succès Off-Broadway, à Londres et à Seattle, l’œuvre devrait voir le jour sur Broadway dans un futur proche!
  • Natasha, Pierre & The Great Comet of 1812 : À l’écoute de la trame sonore de cette nouvelle comédie musicale, on peut y trouver autant de styles musicaux que de mots dans son titre. L’œuvre se déroulant à Moscou au 19e siècle, l’auteur-compositeur Dave Malloy a opté pour des ères folk où l’on sent l’influence de la musique traditionnelle russe. Ajoutez aux cordes et à l’accordéon des synthétiseurs et des drum machines et vous avez ce que le créateur lui-même décrit comme un «electropop opera». Pourquoi tenter de mettre une étiquette à l’œuvre quand on peut simplement apprécier le résultat novateur et entraînant? Bonne écoute!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s